Semaine 9 : Mi-temps

Publié le par Manon

En vrac :

Un truc qui me fait halluciner ici : les petites filles qui portent des robes de princesse, mais degueu les robes, et surtout, pas fermees dans le dos. Du coup, elles leur tombent sous les tototes. Ah et bien sur, les robes sont toutes trouees, mais ca c’est normal, une robe de princesse a volants, ce n’est pas fait pour grimper aux arbres, vous imaginez Marie-Antoinette en haut d’un platane, vous ?

Ah oui alors ici, les gens mettent un truc sur leur tete pour dormer, “pour pas que leurs cheveux les genent”.Alors qu’ils n’ont Presque pas de cheveux. Du coup, Rebecca met des collants sur son crane, et enroule les jambs autour de la tete, comme un turban. La grande classe.

Il convient maintenant de parler d’un truc important : mes problemes morphologiques dans le matatu :

  • Les rangees de siege qui sont tellement rapprochees que mes jambes ne passent pas.
  • Mon buste trop grand, qui ne tient pas droit entre le siege et le toit. Malheureusement, mon cou n’etait pas retractable dans mon corps, comme celui des tortues, je dois me courber ou tordre.
  • N’ayant pas le cul des mamas, et ben quand il faut s’asseoir le cul entre deux sieges (ici ce n’est pas seulement une expression, on le fait vraiment), s’il n’y a pas de planche en bois a rajouter entre les deux sieges (dans le passage entre les rangees) et ben je me retrouve le cul par terre (les mamas elles peuvent deborder sur les sieges de chaque cote, elles ne se rendent meme pas compte qu’elles n’ont rien sous le cul pour combler le vide).

En descendant de ma montagne, il se passe toujours des choses interessantes :

  • La mamie qui me demande pourquoi on m’a vue a l’eglise une seule fois. Eh ben…parce que déjà la premiere fois, on ne m’a pas vraiment laisse le choix. De plus, la premiere fois, c’etait culturellement et touristiquement interessant a voir. Mais une fois que j’ai vu que c’etait chiant a mourir, comme dans toutes les messes du monde, je me suis dit que j’etais mieux a rester dormer chez moi. (Non je n’ai pas repondu ca, je l’ai juste pense).
  • L’alcolo qui me dit “je t’aime bebe”, en francais, en titubant. Un alcoolique cultive, si c’est pas drole ca ! Je suis dans un tel etat de manque affectif que j’en ai reve les trois nuits suivantes. (je plaisante, je precise !).
  • Les gens que je croise me disent toujours : “I’m fine”. J’ai envie de leur dire : mais je ne t’ai pas demande comment tu allais, et d’ailleurs, je m’en tape !
  • Les deux mecs en train de monter la montagne, l’un tout courbe avec une porte en metal sur la tete, le deuxieme tranquille a cote, les mains dans les poches. Je me dis c’est ca la solidarite africaine ?! Un qui rame et l’autre qui le regarde ramer ?! Je ne sais pas, en France, on aurait porte la porte a deux, non ? Enfin ils se relayaient peut-etre, mais je prefere la methode occidentale, ramer a deux ensemble, meme si ca dure plus longtemps, plutot que de ramer tout seul puis de regarder mon pote galerer !

C’est sans doute egoiste, mais je ne m’imagine pas verser la moitie de mon salaire ESL pour payer les ethudes des enfants de Ruth. Alors je sais, je viens chez eux pendant mois, ils me considerent comme leur soeur-fille, et moi j’imagine repartir chez moi et continuer ma petite vie comme avant. Je suis horrible. Je ne dis pas, si je devenais riche du jour au lendemain, oui je les aiderais. Mais je n’imagine pas me priver du fric durement gagne pour leur donner et m’empecher de realiser un autre de mes reves-projets. Apres c’est sur, si j’arrive a gagner un peu de fric en publiant un article ou une bd sur mon experience ici, il est normal que je leur verse un pourcentage, mais de la a leur donner du fric gagne dans un job qui n’a rien a voir, non. Mais voila, on est des volontaires, on vient pour filer un coup de main a une assoc avec nos petites mains et notre cerveau, on donne quatre mois de notre vie, après ce n’est pas de notre faute si notre assoc ne nous fait rien faire et si on est inutiles ! Si j’avais juste voulu donner du fric, je serais restee chez moi, et j’aurais signe un papier dans les rues pietonnes de lille pour parrainer un gosse a l’autre bout du monde. Mais maintenant que j’ai vecu avec eux, ai-je une responsabilite envers ces gosses ? Quelque part, oui…non ? Pfff, ca me rend folle tous ces sous-entendus de Ruth par rapport a l’argent.

Vendredi soir, apres le repas, Dory arrive avec la bible et me demande de lire une citation en francais, au debut du bouquin. Je lis, ils sont tout content de m’entendre parler en francais. Puis je vois le meme passage traduit en chinois et je me mets a dire de la merde en style chinois “tching tchong tchtchtch…”. La, ils n’en reviennent pas. Rebecca : “Manon, tu parles chinois ????!”. Ben oui. Je refais la blague avec le passage en arabe. Ils hallucinent d’avoir une polyglotte a la maison. J’explose de rire. Rebecca : “Manon, tu nous fais marcher ?!”. Oui. Dory me demande ensuite de lire le passage en armenien, la je suis plus embetee pour feinter, je n’ai aucune idée de ce a quoi ressemble l’armenien a l’oral !

Samedi :

Je sors une phrase en Swahili a Rebecca. La phrase parfaite, grammaticalement et morphologiquement (j’ai verifie par la suite). Le bon pronom sujet, le bon verbe bien conjugue, le bon ordre, bref, j’etais trop fiere de moi. Et bah elle ne m’a pas comprise. J’ai donc dit la phrase en anglais (I am awake = ni na aamka) et elle a repete une phrase differente de la mienne (mais y ressemblant un peu quand meme…). Moi, je me disais que le Kiswahili devait ressembler fortement au Swahili (après tout, ca a Presque le meme nom !), je pensais que c’etait un peu comme le chti et le francais donc je pensais qu’en apprenant le Swahili, les gens parlant Kiswahili me comprendraient…et bah non. D’un seul coup, ma motivation retombe… Le seul avantage que je vois a continuer a etudier mon bouquin, c’est que ca m’occupe ! Mais a ce compte-la, pourquoi apprendre le Swahili plutot qu’une autre langue, plutot que le monghol, qui me sera utile lors de ma future traversee de la Mongolie a cheval (qui me trotte toujours dans la tete, sans jeu de mot ;p). Eh ben parce que c’est la seule methode de langue que j’ai trouvee a Nairobi.

Dimanche :

A 9h30, exceptionnellement, j’etais encore au lit. Rebecca vient me voir : Manon, tu es malade ?! Non non, c’est juste que j’ai decouvert un truc : de 5h30 a 8h, c’est horrible, y’a la radio a fond, du bruit etc…mais si on patiente jusque 8h, après on peut redormir un peu…

Ruth me prend toujours pour un bebe. La voila en train de manger ses legumes en me disant d’un air convainquant “mhhhh c’est bon”, comme on le fait avec un bebe qui ne veut pas avaler ses epinards. J’ai essaye mais franchement non, je ne peux pas. Je vous jure, je ne suis pas chiante (ici), je mange Presque tout, hormis un type de legume (celui la !) et les petits poissons (avec tetes, yeux, queue..). Mais ces legumes la, ca a le gout du produit anesthesiant du dentiste !

Lundi :

Je me rends compte que je suis comme les gosses de maternelle. Je me lasse vite. J’en ai déjà marre d’etre ici. Deux mois semblent etre la limite de temps pendant laquelle je peux rester dans un endroit. Apres je commence a me faire chier. Je suis déjà en train de penser a ma fete kenyane et a ses animations ! Pour info, le premier week-end de septembre, c’est la braderie de Lille, le troisieme week-end de septembre, c’est ville-ouverte d’Hazebrouck (dit comme ca, ca a l’air nul, mais c’est vachement sympa, y’a des artistes de rues et tout et tout…) donc retenez, LE DEUXIEME SAMEDI DE SEPTEMBRE, FETE KENYANE ! (reflechissez a vos deguisements ! ;p). Bon, vous devez vous dire que je dois vraiment me faire chier pour penser aux animations d’une fete qui aura lieu dans mois, mais en fait, je suis Presque en retard… : en Australie, en octobre j’avais les idees d’animation pour une fete qui a eu lieu en septembre l’annee suivante !

Quand je repense a ma restriction de ne me connecter qu’une seule fois par semaine…ca me fait bien rire ! Je trouve toujours une bonne raison de me connecter, que ce soit pour voir la reponse de cosmo, ou de l’organisme de tourisme, ou pour taper ou envoyer un dossier ou un article, ou ecrire sur mon blog…bref, j’en suis a une connexion tous les 2-3 jours, et rien que ca, je vous jure c’est dur ! Vive l’aventuriere quoi ! Non mais je pourrais faire sans, genre si j’etais dans la brousse de chez brousse, mais je passe devant le cyber tous les jours, alors que voulez-vous !

Ce soir, Ruth me demande ce que j’ai fait dans la journee. Je dis que je suis allee acheter du tissu au marche, pour ma soeur. Elle s’etonne : “ah bon, mais tu as encore le temps, pourquoi déjà maintenant ?!”. Puis son telephone a sonne, comme d’hab, je n’ai donc pas eu l’occasion de lui repondre que ce n’est pas si etonnant que ca et que après 4 jours de totale inactivite (car l’assoc a annule une journee d’activite, et que donc cette semaine la, je me suis retrouvee avec 5 jours de libres, au lieu de 4. Deja que 3 jours d’activite, c’est un peu leger, alors si en plus on m’en enleve !!!) il etait un peu normal que j’ai eu envie de faire quelque chose, et comme le marche et le cyber sont les deux seules activites que l’on peut faire dans le coin…

Mardi :

Aujourd’hui, je vais a une reunion de support pour veuves. La reunion a commence par une priere. Ensuite, chaque vieille a explique ses problemes. On aurait pu penser que la suite de la reunion serait consacree a trouver des solutions aux problemes evoques, mais non, ce serait trop facile. Et puis faut pas deconner, c’est une reunion de support, pas une reunion d’aide, on se contente d’ECOUTER. A la place, qu’est-ce qu’on fait ? Et bah on prie pour que Dieu nous aide a resoudre nos problemes. Puis on chante a la gloire de Dieu. Avec un peu de chance, il aimera nos chansons et sera donc plus enclin a realiser nos prieres. Ensuite chacun donne un peu de fric, pour faire ce qu’on appelle du “table banking” (en gros l’argent recolte est verse a l’une d’entre elles pour booster son business, sorte de micro-finance). Une meuf prend l’assiette contenant le fric et prie Dieu pour qu’il fasse fructifier le fric. Puis on prie pour cloturer la reunion et remercier dieu de nous avoir ecoutees. Ensuite la maitresse de maison apporte the et mandazis (oufffff, je ne suis pas venue pour rien). On prie pour remercier le seigneur pour la nourriture (comme si c’etait lui qui avait prepare le the et les mandazis). On mange. Puis on remercie le seigneur pour la nourriture ingurgitee. On va remercier Dieu aussi en chiant la nourriture ou quoi, c’est quoi le delire de prier tout le temps comme ca pour la bouffe ?! Les invitees prient ensuite une derniere fois avant de partir. Ca fait 9 prieres en l’espace de meme pas une heure. Si ca ne m’enervait pas autant, ca me ferait Presque rire. Moi aussi je vais prier. Pour avoir la force de supporter bondieuserie et bigoterie pendant deux mois de plus. J’ai beau essayer de prendre mon sejour ici comme un stage de detachement et de sagesse, je me vois parfois comme une sage bouddhiste, assise en tailleur sur mon rocher en haut de ma montagne…je me rends compte que beaucoup de choses m’enervent quand meme, et que j’ai du mal a profiter du present, je suis toujours en train de revasser a un futur voyage. Je me rends compte que je ne suis bien que lorsque je bouge tout le temps, genre comme en Grece ou en Australie. Mais la encore, passes 6 mois de vagabondage, je ne reve que d’un canapé, d’un ordinateur, et de frites de la friterie. Je m’ennuie tellement que j’envisage Presque de creer une sorte de centres aeres pour les gosses du village. Ils sont en vacances tout le mois d’avril, ca va etre l’enfer. En fait, je me rends compte que je suis tres loin du detachement que je dis acquerir ici. Mais en meme temps, essayez un peu d’etre detache et zen ici, alors que tout semble cree pour taper sur le systeme des gens ! Faudrait etre un moine bouddhiste sur-entraine depuis 10 ans pour rester calme et detache ici, entre les gosses qui me harcelent, les bêtes qui me grimpent dessus, les gens qui m’agitent des ballons en plastique ou autres conneries sous le nez alors que je suis dans un matatu (pour essayer de me le vendre, non mais mec, qu’est-ce que tu veux que je foute avec un ballon en plastique, explique moi !), les gens qui viennent me reclamer du fric a longueur de journee…

Bref, après la reunion, on est allees planter des haricots dans un champs que j’avais beche il y a deux mois. A priori, je devrais les manger avant de partir. Planter est beaucoup plus sympa que becher…il suffit de jeter deux graines de haricots dans chaque trou, avant de le recouvrir de terre avec nos pieds…nus. J’ai kiffe marcher pieds nus dans la terre, tellement humide qu’on s’enfoncait dedans, ca faisait un petit effet massage !

Mercredi :

Cette nuit, il y avait tellement de vent, que j’ai bien cru que le toit aller s’effondrer sur ma tete. J’avais l’impression d’etre dans la chaumiere des trois petits cochons, qui s’ecroule sous le souffle du grand mechant loup.

Le matin, je suis en train de macher mon bout de pain quand Rebecca, en train de lire un magazine feminin kenyan qui date de 2006 et qu’elle vient de retrouver dans le salon, me demande : “manon, c’est quoi “se masturber” ?”. Je manque de m’etrangler, puis reponds avec un petit sourire : “c’est quand on se touche soi-meme…”. Je me suis demandee un instant si c’etait le mot anglais qu’elle ne connaissait pas ou carrement le concept. En voyant les yeux qu’elle a fait en entendant ma reponse, je dirais que c’est le concept qu’elle ne connaissait pas. Et la je me dis que c’est prodigieux. Est-ce possible qu’en grandissant dans un village en haut d’une montagne, sans TV ni magazines, sans autre livre que la bible, on arrive a 30 ans sans jamais avoir entendu parler de masturbation ?! Est-ce que ca veut juste dire qu’elle ne connait pas le mot, ou qu’elle ne le fait pas ? (Petit rappel, elle a 30 ans, n’est pas mariee, et ne le sera probablement jamais car passé 30 ans, au Kenya, on te considere un peu comme un fruit pourri). Je me demande ce que Dieu dit de la masturbation. Je me dis que je devrais demander a la prochaine reunion de veuves. Justement, une heure plus tard, rebelote ! A nouveau, j’ai droit a la meme reunion de support pour les vieilles. La seule difference, c’est qu’on n’a pas eu de mandazis mais des bananes cuites et un autre fruit degueu. La membre de l’assoc me fait rire, elle me repete : Manon, all these women are windows. Bon, je sais, elle confond windows (fenetres) avec widows (veuves), mais quand meme, ca me fait rire d’imaginer toutes ces femmes avec des fenetres a la place de la tronche.

Ensuite je suis allee avec cette meuf a son stand au marche. Elle avait oublie ses cles et est donc retournee au lieu de la reunion les chercher. Moi je l’attendais assise devant son shop. Elle n’etait pas partie depuis 30 secondes que déjà, un mec deboulait pour me demander du fric en essayant de m’appitoyer, comme toujours (ma femme-vache-grand-mere est malade, blablabla, et mon cul c’est du poulet). Puis la meuf est revenue, et j’ai passé quelques heures a vendre avec elle (mais-riz-etc). J’en ai egalement profite pour la prendre en photo et faire son interview (pour mon projet fantaisiste d’expo, qui n’aboutira a rien mais que je continue quand meme parce que ca m’occupe). En me voyant ecrire ce qu’elle disait, les gens ont commence a debouler de partout parce qu’ils croyaient que je notais son nom et son adresse pour la mettre en contact avec un milliardaire europeen qui se fait tellement chier dans sa vie qu’il envoie du fric aux pauvres de Luanda, Western Kenya. La meuf tente de me faire un petit cours de langue locale. Elle m’apprend donc bonjour et comment ca va (que je connais déjà), et alors attention, quelle est la troisieme phrase la plus importante selon les Kenyans : “ou allez-vous ?”. Je lui dis que je me fous de savoir ou vont les gens et que je n’utilise jamais cette phrase. C’est la que je me rends compte de la dimension interculturelle des cours de langue. On ne veut pas apprendre les memes choses. Un americain aurait sans doute voulu apprendre a dire :”ou se trouve la banque ?”. Mais la encore, c’est un prejuge.

Ensuite je rentre a la maison, et me plonge dans la lecture du magazine que lisait ce matin Rebecca. Il faut que je vous trancrive quelques extraits des questions des lecteurs, c’est drole :

  • “J’etais secretement implique avec une femme qui vient d’accoucher d’un petit garcon. Je l’ai dit a ma femme, et elle ne le prend pas bien (on se demande pourquoi). Tout part en couille (il ne dit pas ca, mais je n’ai trouve que cette traduction). Ma vie sexuelle est une catastrophe. J’essaie d’etre romantique mais elle est froide (sans blague ?!). Parfois, elle fond en larmes. La vie n’est plus la meme depuis que j’ai annonce la nouvelle (non mais ca te surprend vraiment ?!). Mais elle ne veut pas en parler. Tout ce que je voulais, c’etait rendre publique mon aventure car je veux prendre une seconde epouse. Comment puis-je lui faire comprendre ? SVP, aidez-moi !”. Dans la reponse du magazine : tu vas PEUT-ETRE devoir choisir entre ta femme et ta maitresse.
  • Ensuite on a une meuf qui trouse ses seins trop petits et qui veut prendre des cachets qui font grosser la poitrine en 30 jours (???) et qui coutent 70 euros (ce qui ici est super cher). Elle hesite. Reponse du magazine : “le createur nous a fait dans differentes forms et tailles, imagine combine ce serait ennuyeux si nous etions tous des clones l’un de l’autre ?”. Invoquer Dieu dans la reponse a une telle question me fascine.
  • Et enfin, un mec de 22 ans : “j’ai un problem parce que je me masturbe (ben tiens, justement !) depuis quelques temps, et je n’arrive pas a m’arreter. J’ai essaye de me controller, en vain. La raison pour laquelle je me masturbe est que je veux eviter la compagnie des filles car je ne veux pas etre sexuellement actif en ce moment. (Et ce qui est absolument genial, c’est la question finale :) De quels effets secondaires pourrais-je souffrir a cause de la masturbation, et comment puis-je les eviter ?”. Et la, le magazine repond : Sache que si tu continues a te masturber, tu iras en enfer après ta mort. Quant aux effets de ton vivant, Dieu t’enlevera l’ouie. Non je rigole !

Vendredi :

Ca y'est, j'en ai marre. Il m’aura fallu deux mois. C’est déjà pas mal, je pense que n’importe qui de sain d’esprit aurait pete un cable bien avant moi. J'en ai marre :

  • d'avoir trois jours d'"activite" et quatre jours a rien foutre.
  • d'etre inutile. Je crois que je ne me suis jamais sentie aussi inutile de toute ma vie. Au marche, mercredi, j’expliquais a la membre de l’assoc que je me sentais plus touriste que volontaire, et que je me sentais inutile, que moi j’etais venue pour essayer d’aider et changer quelque chose. Et la, sa collegue me dit :”et si tu viens faire la lessive chez moi, tu auras l’impression d’etre utile ?”. Mais elle me dit ca super serieusement hein, ce n’etait pas une blague…A ce compte la, j’aurais pu rester chez moi et aider ma mere a faire la lessive…
  • de rester assise comme une conne dans un salon, pendant 4 heures, a ecouter des mamas parler en kinyore entre elles. J'en ai marre que les seules fois ou elles m'adressent la parole, c'est pour me poser des questions debiles comme : vous avez des vaches en France ? Et des velos ? Et de l'herbe ? Oui ? Et elle est de quelle couleur ? Rose. Et ils me croient encore. Je veux bien qu'ils n'aient jamais quitte leur village, mais de la a ce qu'ils me croient quand je raconte que l'herbe est rose...ca m'agace et me fait rire en meme temps. Et a chaque fois, ils remercient le Seigneur pour le cadeau de ma presence. Ahhh, c'est pour ca qu'ils ne me parlent pas ? Bah oui, si je suis un cadeau, je suis une chose, on ne parle pas aux choses. Puis quand enfin je pars, ils m'invitent a revenir le lendemain ou quand je veux (pour faire quoi ? Pour rester assise encore pendant 4h dans ton salon, a t'ecouter discuter de je-ne-sais-quoi avec ta copine ?!) et me filent un truc a bouffer a ramener chez moi. Aujourd'hui, j'ai eu droit a une enooooorme citrouille. Je vais donc galerer a escalader ma montagne avec une citrouille de 20 kg dans les bras. Genial. En plus, je n'aime meme pas la citrouille.
  • D’entendre des conneries a longueur de journee : genre l’ugali rend fort. Non mais les mecs, arretez, c’est de l’eau mélangee a de la farine de mais, ca ne PEUT PAS rendre fort, un bon gros steak, voila ce qui rend fort, moi je vous le dis, mais bien sur, vous n’en avez jamais mange de votre vie alors bien sur, vous ne pouvez pas savoir…
  • D’etre vue comme une vache a fric.
  • De ma lampe de poche dont je dois tourner la manivelle pendant trois heures, et qui s’eteint au bout de 13 secondes
  • Du fait que dans cette putain de cabane, on ne peut rien faire sans lampe de poche. Je me retrouve donc dans le noir, ma lampe de poche (eteinte) entre les genoux, en train de remplir un pot de farine de mais.
  • Des poules qui me marchent dessus et me grimpent dessus
  • Des vaches qui m’attaquent et m’entrainent ou elles veulent (dans le sens oppose de l’etable)
  • Des repas du soir ou je ne capte que dal de ce qu’il se passe a table. Bref, je pete un cable. J’ai meme laisse echappe que je detestais les legumes. C’est sorti tout seul mais en meme temps, Ruth m’a provoquee, elle m’a ENCORE dit qu’il fallait que je mange plus de legumes, que ca rendait fort (je venais de verser la moitie de mon assiette dans la sienne, derriere son dos, mais pas de bol, elle s’est retournee a ce moment-la donc je me suis fait grillee).
  • De leur musique de merde. A la radio, c’est soit musique chretienne, soit musique africaine avec paroles a la con, du style “I love you, because you pay my school fees” (je t’aime parce que tu paies mes frais d’inscription, tres revelateur de la mentalite des gens ici). Meme la radio est apres moi : l’autre fois, j’entends MZUNGU dans une chanson. Je demande a Rebecca de me traduire : “jeune femme blanche, ou es-tu partie ?”. L’histoire d’un mec qui s’est marie avec une blanche qui a finit par se barrer. Ouais ben c’est pas etonnant.

Bref, je rentre de mon “activite” du vendredi sur les nerfs.Je crois que c’est l’histoire de l’herbe rose qui m’a fait peter un cable. La goutte d’eau qui a fait deborde le vase de la connerie. Une fois en haut, il se met a pleuvoir. Je vais m’asseoir sur un rocher, sous la pluie, prise par l’envie soudaine et folle de me purifier et de me nettoyer de toutes les conneries que j’ai pu entendre ces deux derniers mois. Deux gamines me voient et me font signe de me mettre a l’abri, mais je m’en fous. Si on me demande ce que j’ai foutu, je n’aurais qu’a dire que c’est une tradition occidentale : quand il pleut, on s’assoit dehors, immobile sous la pluie, comme ca, avec un peu de chance, on tombe malade, on peut aller chez le medecin, et on doit acheter des medocs. Ca nous fait une occasion de depenser tout l’or entasse dans notre cave, dont on ne sait que faire. La pluie finit par s’arreter. Je ne me sens ni purifiee ni nettoyee. Je me sens juste…mouillee. Je rentre a la maison. En me voyant trempee jusqu’aux os, Rebecca me demande ce que j’ai foutu. Je rigole et dis que je me suis assise sur un rocher sous la pluie pour me purifier. Voila un autre concept qui n’a pas du arriver jusqu’ici. Elle fait des yeux signifiant qu’elle n’a jamais entendu quelque chose d’aussi stupide. Je finis par ceder a ses supplications et par aller me changer. Je m’allonge sur mon lit, mets mon mp3 sur les Oreilles et chante-hurle a tue-tete. Je n’avais pas chante comme ca depuis la France. Ben oui, ici, aucune intimite. La salle de bain et ma chamber ne sont pas fermees. Du coup jusqu’a present je me cantonnais a chanter timidement sur mon rocher en matant le coucher de soleil. Mais la, intimite ou pas, je m’en tape, j’ai besoin de hurler un bon coup. Rebecca, qui bien sur a tout entendu, est morte de rire. Elle va s’ennuyer quand je ne serai plus la, elle me dit.

Mes amis, sachez que vous venez de vous enfiler 7 pages word ! Sur ce, a la semaine prochaine, si je ne me suis pas jetee du haut d’un rocher de ma montagne !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article