Semaine 14 : Vive la France !

Publié le par Manon

Jeudi :

Dans la nuit, en allant pisser, je suis tombee dans la cour nez a nez avec un ENORMEEEE RAT. De ma vie, je n'en avais jamais vu un si gros. Il m'arrivait presque aux genoux. Bon, okay, j'exagere peut-etre un peu...Mais franchement...degueu. De retour dans ma chambre, impossible de m'endormir, j'entends plein de bruits de souris. Et je ne reve pas. Je les entends marcher par terre, et grignoter le mais. Et le lendemain matin, pendant mon petit dej', comme d'hab', le chat vient me reclamer a bouffer. Non mais c'est bien un chat africain, ca, a venir mendier aupres des autres ce qu'il pourrait obtenir de lui-meme en se remuant un peu le cul (des souris ou meme un rat, soyant ambitieux !, en chassant).

Ah oui alors ca fait plusieurs fois (la preuve que je ne delire pas), qu'a Kima, je vois des poussins avec des plumes roses. On dirait qu'on leur a cousu des plumes de boa de carnaval de Dunkerque...trop bizarre ! Promis, je ne me moquerai plus la prochaine fois qu'une meuf me croit quand je dis qu'en France l'herbe est rose !

Bref, aujourd'hui, je vais manger des chapatis (enfin un truc qui change !) avec "Mec bavard Seminaire". Vous vous dites putain, elle le voit deux jours de suite...c'est son histoire du kenya ! Nononon. C'est juste qu'ici je n'ai pas d'amis, je ne parle qu'avec de vieilles mamas africaines, et bon, des fois ca fait du bien de parler avec des gens de notre age, d'autre chose que de mais et de poules. Puis je passe voir la Francaise, Danae, dans son assoc. Elle est partie manger donc en attendant, je discute avec un de ses boss, completement tare, il m'oblige a remanger, de l'ugali et des legumes verts... Le mec, il me fait rire : 1/ Il veut faire sa lune de miel a Lille. Ca doit etre la seule personne sur terre a vouloir faire sa lune de miel a Lille...(il a fait un volontariat en Belgique).

2/ A un moment, il me parle d'un plat francais qu'il adore, il me dit :"c'est comme deux chapatis avec un oeuf au milieu". Sur le coup je ne vois pas. Puis je demande :"des croque-monsieur ?". Et il s'exclame un grand sourire aux levres et d'un air nostalgique : "oui voila ! ahhhh les croque-monsieur !!!". Des chapatis avec un oeuf au milieu, mwouahaha !

3/ Lors de sa visite a Lille, il est alle en boite, et il a demande a boire...du lait. Les serveurs sont alles lui en acheter et lui ont offert gratos (parce qu'il a mis l'ambiance en dansant a 21h...).

En remontant dans mes montagnes, une gosse :

- achete moi des mandazis (si encore elle disait s'il-te-plait...)

- Pourquoi ? Je suis pas le Pere Noel (a la reflexion, je ne suis pas sure qu'elle connaisse le Pere Noel...),

- Tu es egoiste.

J'aurais du repondre que oui, j'etais egoiste, mais que comme je ne crois pas en Dieu, je ne pense pas que je suis en train de commettre un peche, ni que je finirai en Enfer, donc j'en ai rien a foutre d'etre egoiste. Et franchement, une egoiste qui paie 200 euros par mois pour venir bosser dans une assoc gratos pendant 4 mois loin de chez elle, j'ai vu pire egoiste...!!

Hier soir, j'ai appris aux enfants la chanson de centres aeres (oui je sais, on ne dit plus centres aeres, mais merde, moi j'aime bien cette expression) "maketoumetoumepapa", pendant que Rebecca cuisinait. On aurait presque dit une veillee feu de camp ;p Bref, ils ne s'arretaient plus, et ce matin, quand je dormais encore a moitie (a 6h du mat'), ils etaient deja en train de chanter ma chanson ! :).

Vendredi :

Ce matin, apres une petite reecriture moderne d'un texte litteraire, Dory me demande de lui lire (traduire) l'un des bouquins pour enfants que j'ai empruntes au prof de francais. Je me suis impressionnee, j'ai reussi a lui lire l'histoire en anglais de maniere fluide, la traduction se faisait instantanement alors que je lisais le texte en francais, c'etait trop beau ! Bon, okay, c'est un livre pour enfants, donc ce n'est pas d'un grand niveau, mais quand meme ! J'arrivais meme a faire des voix differentes, et franchement, j'ai meme reussi a laisser tomber (un peu) l'accent francais ;p Breve, treve de vantardise.

L'aprem, je rejoins Danae pour aller boire un verre dans le bar super cool ou je ne suis allee qu'une fois le jour de mon anniv, en fevrier ! C'est con parce que ce bar est super sympa, mais bon, toute seule ca n'a pas grand interet. Bref, on passe deux heures a parler de nos desillusions et a critiquer le Kenya (en fait c'est surtout les Kenyans que l'on critique...on est d'accord sur un point, le Kenya sans les Kenyans, ce serait le paradis...). On est toutes les deux arrivees ici en pensant retrouver les "vraies valeurs", la solidarite, la chaleur humaine, le partage, etc...et on ne trouve que des gens venaux et obsedes par le fric et le materialisme. Certes, c'est facile quand on a tout de se dire que l'argent ne fait pas le bonheur et de vouloir se detacher de tout ca...mais quand meme. Bien sur, on se met a fantasmer sur la bouffe francaise... tout en ecoutant de la musique de cow-boy... Genial. Ca change de leur gospel de merde. Je n'avais qu'a fermer les yeux et m'imaginer au galop a travers les plaines...(mon prochain reve). Hier soir, le frere de Rebecca (ici pour la semaine) a mis un match de foot a la radio, jusqu'a minuit. J'ai trouve ca presque agreable a entendre, apres leurs chansons de merde. Pourtant je n'aime pas le foot.

Samedi :

C'est fou comme les gens sont sans-gene ici. En descendant de la montagne hier, un premier mec me dit "salut, comment ca va ?", tout en se tenant la bite en pissant, et un second me sort la meme phrase, en se curant le nez bien profondement.

Aujourd'hui, je me suis encore fait bien chiee. Ruth m'a emmenee a une ceremonie chez Salome, pour commemorer la mort de ses parents. A la reflexion, je me dis que je prefere encore quand je vis ma vie, au moins j'ecris, je fais des trucs, c'est plus interessant que d'assister pendant des heures a des ceremonies ou je ne comprends que dal. Bref.

On arrive donc chez Salome a 9h30, apres s'etre levees "aux aurores". On arrive dans les premieres, du coup on nous sert le the et un chapati dans la veranda de la super baraque du frere de Salome ("Un grand monsieur"). Puis quelques membres de Life Link arrivent. A 11h, ce n'est toujours pas commence, et en voyant les quelques 500 chaises installees dans le jardin sous des chapitaux, vides, je commence a avoir peur. En attendant, je vais prendre Salome en photo, qui est en train de prendre la pose pour un photographe (qui a un appareil ridicule compare au mien, pourtant pas genial), entre les tombes de ses parents. Ah oui alors il faut savoir qu'en arrivant, a 9h30, Salome etait encore dans une sorte de pijama, avec des collants sur la tete, et me dit : "Manon ! Voici mes parents !", tout en me montrant leurs tombes juste derriere elle. Je me suis demandee un instant si elle s'attendait a ce que je reponde "nice to meet you" (enchantee) ou pas, je n'ai rien dit. Il faut savoir que ses parents s'etaient fait beaux pour l'occasion : leurs tombes etaient entourees d'especes de banderoles aux couleurs criardes et de ballons de baudruche. Special. (voir photo). Puis j'entends du bruit arriver de la "rue". Je vais voir. Des centaines de femmes en train de sautiller a moitie sur place, en avancant lentement, en chantant, et tenant dans les mains fleurs et drapeaux. Je n'ai pas compris tout de suite que toute cette foule allait venir dans le jardin de Salome. Finalement, elles ont entoure les tombes, avec tous les invites et la famille, et ont continue a chanter. Ensuite tout le monde est alle s'asseoir. Effectivement, les 500 chaises se sont remplies. Puis commence une messe, comme d'hab'. A un moment, une femme passe en fauteuil roulant. Tous les regards se tournent vers elle et ne la lachent pas. Plus tard, Jocelyn (oui, je ne traine qu'avec des vieilles, elle est dure ma vie) me montre du doigt une autre meuf en me disant : tu vois cette femme ? C'est une malade mentale". La je comprends que les mzungus ne sont pas les seuls a souffrir en Afrique. Ce sont tous les gens un tant soit peu differents d'eux qui sont montres du doigt.

Ensuite Ruth et moi allons manger a deux dans le salon du frere, en plein milieu de la ceremonie, car selon Salome, l'heure de manger (pour un mzungu) est largement passee. Je pourrais crier au scandale devant un tel traitement de faveur, mais il est 14h, je creve la dalle, je creve de chaud, et je m'emmerde profondement. La seule chose qui m'amuse, c'est de voir la petite vieille a la tronche de tortue (mais vraiment) danser sur sa chaise a cote de moi, a fond dedans. Bref, je ne dis rien, c'est quand meme cool d'etre une VIP parfois...

Quand Ruth m'a dit qu'on irait a une ceremonie, j'ai tout de suite su que je m'y ferai chier. Mais j'ai aussi directement pense qu'au moins, j'allai bien manger. Je deviens comme ces pique-assiette qui s'incrustent dans les mariages et les soirees pour se peter le bide gratos. Bref, on a mange (pas tant que ca mais au moins ca changeait du traditionnel ugali-chou que je mange deux fois par jour tous les jours depuis 3 mois), puis on retourne assister a la fin de la ceremonie.Ca s'est vite termine et les gens ont commence a manger. Comme des gueux. Si y'a bien un truc international, c'est le phenomene du pique-assiette. Ils en mettaient partout : par terre, sur les chaises, sur leurs robes (blanches...). Leurs assiettes debordaient, quand quelqu'un passait avec un plat, il hurlaient et l'apostrophaient pour qu'on leur resserve du riz ou de l'ugali et bien sur, a la fin, ils ne finissaient meme pas leurs assiettes. Je debloque.

Une femme me demande : tu as mange quoi ?

Moi : ben...comme toi.

Elle s'etonne : vraiment, tu peux manger comme nous ?

Non non, quand je mange de l'ugali, je me transforme en loup-garou.

Une autre vient me voir : tu peux m'acheter un soda ? (encore une fois, le merci et s'il-te-plait , c'est fait pour les chiens).

Ruth, a ma grande surprise, me defend : c'est une etudiante (euh en fait pas vraiment...), elle n'a pas de travail (oui ca c'est vrai par contre !).

La vieille : Bon ben tu me paieras un soda quand tu auras un travail alors.

Oui c'est ca, compte la-dessus, je vais trouver un travail en France ou en Chine, puis je me pairai un petit aller-retour sur un week-end pour venir t'acheter un coca.

Une meche de cheveux depasse de mon chignon. Jocelyn l'arrache. AAAAIIIIEEE ! Je hurle. Elle me dit : oh pardon, j'avais oublie que c'etait de vrais cheveux ! Ouais bah pas moi ! Elle s'etonne quand je lui dis qu'en France, aucune femme ne se rase la tete (hormis les malades du cancer...et quelques originales). Eh non, nous c'est les jambes qu'on se rase ! (pas eux).

Un peu plus tot, en voyant mon bras poilu, Ruth me carresse le bras en m'appelant "Pussy" (le chat).

Ruth me rassure, en voyant que je commence a en avoir marre. C'est bientot fini qu'elle me dit. Meme genre de promesse que la premiere fois que j'ai monte la montagne et qu'elle me disait qu'on etait bientot arrivees... Je pourrais faire la meme une fois en France : ouioui, bientot je vais t'envoyer de l'argent, t'inquiete.

Puis tout le monde se leve et se met a chanter et danser autour de la tombe, avant de partir en cortege dans la rue. Je me dis "chouette, on s'en va enfin !". Que nenni. On est allees jusqu'a l'eglise, dont ils ont fait le tour en chantant et dansant, puis ils se sont remis en route vers le jardin de Salome, ou ils ont a nouveau fait le tour des tombes. Je me demande combien de temps ce cirque va durer. Est-ce qu'ils vont passer l'aprem a faire des aller-retour entre les tombes et l'eglise ? Puis elles etaient toutes en nage donc elles se sont assises pour se reposer. Je me dis qu'apres ca, il y a peut-etre des chances pour qu'on s'en aille. Mais non, elles se sont mises a chanter leurs chansons du dimanche (Life link) assises sur leurs chaises. Je n'en pouvais plus. Enfin on est parties. Il etait 16h. On etait la depuis 9h30. Ils ont parle kinyore tout le long. Bien sur elles marchaient d'haut' tens', donc ca m'a encore plus epuisee. Finalement je suis partie devant avec Jocelyn qui marche a une allure presque normale.

Ah oui alors en arrivant et en voyant cette ceremonie, je me demande pourquoi tous ces gens sont reunis pour commemorer la mort de gens qu'ils ne connaissent meme pas. Et genre...on commemore la mort des gens tous les ans ici ? On n'a pas fini alors entre les enterrements et les commemorations ! Mais non apparemment, chaque annee, leur society (church of god, comme si il pouvait y avoir des church pour quelqu'un d'autre que Dieu, bref) fait cela pour une famille differente. Au debut, je croyais que c'etait juste parce que c'etait une famille riche (car ca doit couter une fortune en bouffe, chapitaux, etc...).

Tiens sinon truc de fou, a cette cerenomie, j'ai vu une serveuse avec un tee shirt Six Flags Great America (le parc ou je bossais comme vendeuse en 2008 a chicago !), pour les 45 ans du parc et l'ouverture du parc aquatique ! Fou dingue, non ?! Ici !

Dimanche :

Ce matin, je rejoins Danae a Kima, pour aller au resto. Je descends de la montagne avec Rebecca, et son frère, qui est reste a la maison une semaine et qui repart a Nairobi. J’hallucine : Rebecca porte le sac de son frère. Lui descend de la montagne les mains dans les poches, comme un grand seigneur, 300 metres devant nous, pendant que Rebecca trime derriere, son sac sur le dos. La femme esclave de l’homme quoi. Je lui dis que dans mon pays, ca ne se passerait pas comme ca du tout, que ce sont les hommes qui portent les sacs des meufs, quand ils sont lourds, meme si parfois les filles refusent, pour faire style qu’elles sont des femmes fortes et independantes du 21eme siècle (a moins que le sac soit vraiment hyper lourd, la elles arretent de faire les malignes…). Bref, je retrouve Danae, on se met en route pour Luanda, a pied, ce qui nous donne tout le temps de nous raconteur nos petites histoires… (pourquoi y aller a pied plutot qu’en matatu ? Pour occuper une heure de notre journee !). Elle m’emmene dans “le resto qui lui a sauve la vie”. Je debloque en decouvrant l’interieur du resto : sieges en cuir, teles, deco “moderne”. On est les seuls clients. Par contre, au moins 10 serveurs “bossent”. Ca me rappelle l’Inde, quand il y avait 13 indiens pour me faire une pizza a Dominos, un pour me l’emballer et un pour m’ouvrir la porte. C’est enorme, tous les serveurs connaissent le prenom de Danae…elle est la depuis deux semaines… ! On se mange un poulet-frites. En tant que specialiste de la frite, ayant goute ce plat culinaire a travers le monde, je peux vous dire que celles ci sont vraiment pas mal… J Puis bien sur que fait-on…ben on va au cyber…quoi d’autre ?! En remontant dans mes montagnes, je vois des poussins turquoises. Deviendrais-je folle ?! Rebecca me donne l’explication un peu plus tard : c’est un produit pour les proteger des insectes. Ah d’accord…moins drole que ma propre explication des poussins transgeniques! En parlant d’insectes et de trucs “desagreables”, j’arrive a la maison, Ruth me dit : attention ! A quoi ? Un serpent !! Quoi ?! Ou ca ?! Bon, je ne l’ai pas vu. J’ai juste vu Ruth tourner autour d’un arbre, un baton a la main. Rebecca demande ensuite de quelle couleur il etait. Moi j’en sais rien, je ne l’ai pas vu. On demande a Ruth. Un vert. Le plus dangeureux. Okay…sympa…!

Lundi :

Je me reveille avec un sms de ma mere qui me pete un cable par rapport a une phrase de ce debut d’article (que j’ai maintenant supprimee), qui me dit d’aller tout de suite sur internet pour la supprimer, et que je vais finir au tribunal dans le cas contraire, parce qu’”on ne peut pas rire de tout”. Je me dis que j’enleverai la dite phrase l’apres-midi, je dois descendre rejoindre Danae. Je me mets donc a lire, en attendant. Mais en fait, impossible de me concentrer. Je suis en train de me taper un gros flip. Je m’imagine déjà au tribunal, a payer une enorme amende ou pire, en prison. Si ca tombe, j’ai déjà un e-mail de convocation au tribunal sur ma boite-mail. On ne sait jamais, peut-etre que les administrateurs de blog ont une alerte en cas d’utilisation de certains mots-cles. Je courrais bien tout de suite en bas de ma montagne, mais je me dis que pour maintenant, je ne suis plus a deux heures pres. Je ne m’etais pas fait un flip pareil depuis l’episode Robin des Bois, l’annee derniere a Mullewa (quand une aborigene avait dit que j’avais perdu les cles de la reserve du bar a la piscine, et que j’imaginais les aborigenes avoir vide tout le stock d’alcool pendant la nuit). Merci maman quoi. J’essaie de me rassurer en me disant qu’au pire, je pourrais toujours ecrire un blog sympa sur la vie carcerale. Je cherche déjà l’intitule du blog. http://derrierelesbarreaux.com ou les aventures trepidentes d’une prisonniere. Puis je me demande s’ils ont acces a internet en prison. Du coup je me remets a stresser. Comment survivrais-je sans internet en prison ?! Et d’abord, combien de temps de prison on peut faire pour une blague pas drole ? Pitie, c’etait juste une blague, une blague pas drole okay, mais quand meme, je ne merite pas la prison, si ?! Je croyais qu’on pouvait rire de tout…ca me fait une bonne lecon…faire attention a ce qu’on ecrit ! Bon Manon, on se calme. Au pire, Danae aura le concours d'avocat en aout, et elle pourra me defendre, comme elle aura elle-meme vecu mon calvaire, elle pourra convaincre le juge que je petais juste un cable a cause des circonstances, et elle pourra ainsi m'eviter la prison et une amende exhorbitante.

Tiens sinon Rebecca m'a dit que si elle avait porte le sac de son frere, c'est parce qu'il etait celui qui partait, et que son frere en aurait fait de meme pour elle si elle avait ete celle qui partait a Nairobi. Elle me dit que quand je partirai, elle me portera mon sac aussi, sur la tete parce qu'il est super lourd. D'un coup ca me rassure, parce que je commencais vraiment a stresser en voyant mon sac s'alourdir de plus en plus. Haha !

Bref, l'aprem, j'arrive a l'assoc de Danae, je lui dis qu'elle a peut-etre devant elle sa premiere cliente, et je demande a ses responsables si je peux utiliser internet juste une minute pour retirer un truc que j'ai ecrit sur mon blog. Danae dit en riant que sinon, je risque de finir en prison. Tu as ecrit un truc sur le gouvernement, ils me demandent. Euh...non pas vraiment... Sisi, sur le gouvernement, me coupe Danae (c'est pas genial ca, elle commence deja a prendre ma defense ;p). Okay, je suis allee loin, mais en lisant ma phrase a Danae, ca m'a fait rire car elle m'a avoue qu'elle avait pense a un truc similaire...Elle me dit "moi j'imaginais des gamins mignons, me regardant avec leurs grands yeux....ouais ben j'ai envie de leur crever les yeux !".

Apres avoir retire la dite phrase, tout d'un coup, je me sens legere, legere, legere...comme une creme Danone. On va squatter dans notre super bar, juste a cote (encore !).

Mardi :

Oh comme c'est etrange, rien de prevu non plus aujourd'hui ! Ca fait juste trois semaines, j'ai envie de dire, ca va, c'est pas comme si je payais 200 euros par mois pour faire du volontariat. Je rejoins Danae en debut d'aprem a Luanda pour...aller sur internet bien sur. De retour a Kima, on discute un peu sur le bord de la route, puis on rejoint nos ashrams respectifs dans nos montagnes.

Ca y'est, j'ai ecrit mon menu pour la semaine de mon retour. J'ai reussi a pondre 10 repas differents en moins de 10 secondes, c'est pas fou dingue, ca ?! Alors qu'ici, ca fait deux mois que je bouffe le meme repas (ugali et chou, et quand j'ai de la chance, ils melangent un oeuf avec le chou) depuis 2 mois midi et soir (le premier mois encore, c'etait "varie").

Mercredi :

Je rejoins Danae a Kipepeo, son assoc, des 9h du mat, pour qu'on se tienne compagnie mutuellement. C'est son dernier jour, elle part demain (et moi je trouve que c'est la fille la plus chanceuse du monde, si c'est pas ironique ca). Et comme elle passe ses matinees assise sur une chaise dans le bureau de l'assoc a rien foutre, et que moi je passe les miennes assise sur mon rocher dans ma montagne a rien foutre aussi, on se dit qu'au moins on se fera peut-etre moins chier si on ne fout rien a deux. Bref, on reste assises sur nos chaises sous un arbre (en fait, on vit vraiment la vie locale...) pendant deux heures, a parler de nos super projets d'avenir (dans 10 ans, elle est directrice du FMI et je suis redac en chef de National Geographic) puis Danae demande l'autorisation a son responsable, pour aller a Luanda. Le mec reflechit encore. Non mais genre. On a rien a faire, mais faut qu'on reste la quand meme. On fait la route a pied, histoire d'occuper une heure de nos miserables vies. Danae m'invite au resto (ca y'est, mes parents m'ont fait un premier virement de 100 euros, j'entame une nouvelle ardoise...). Les serveurs doivent se dire qu'elle est vraiment riche, si elle invite meme une autre blanche (qui doit etre elle-meme riche!). Le luxe, deux restos en moins d'une semaine...Puis, of course...cyber. On fait quelques courses, puis on monte dans un matatu. On attend une heure avant qu'il ne demarre, mais au moment de partir, il nous dit qu'il va a kakamega directement, et qu'on doit donc monter dans un autre matatu. La, Danae emet la possibilite qu'on soit dans une camera cachee. En fait les gens sont payes pour etre con et pour nous faire peter un cable. La, on part dans un delire de tele-realite, dans lequel on enverrait des gens bien disposes a l'egard de l'Afrique (comme nous au depart), sur qui on testerait les limites de la patience mzungu.Les participants qui survivraient 3 mois sans peter de cable ni tuer quelqu'un remporteraient le pactole (mais bien sur, on ne leur dit pas a la base). Moi je vous le dis, koh-lanta, a cote, c'est de la gnognotte, vous m'y inscrivez quand vous voulez !

Un autre delire. Quand je descends de ma montagne, vitesse TGV, au son des mzungu mzungu how are you ?! J'ai des flash dans ma tete, comme Leo dans La plage, quand il delire grave, et je m'imagine dans un jeu video, filant coups de poings ou butant les gens que je croise, gagnant 10 a 100 points selon le format de l'individu que j'abats.

Avec Danae, on etait en train de se dire que les gens ici n'etaient vraiment pas droles, quand un mec nous a demande 200 schillings pour une babiole de merde. Pour le coup, on s'est toutes les deux mises a rire. En fait, si, ils sont droles, mais le probleme, c'est qu'ils ne le font pas expres. A part ca, ils n'ont AUCUN humour, heureusement, que moi j'en ai assez pour m'amuser toute seule...

On retourne a Kipepeo, Danae doit dire au revoir, merci, et a jamais aux responsables. Ils ne sont pas la. Elle a la flemme de les attendre pour les remercier (de quoi ?!), donc on se remercie l'une l'autre pour le soutien mutuel apporte lors de ces deux dernieres semaines, puis on remonte dans nos ashrams. Elle aura vraiment ete une sacree bouffee d'air frais pour moi, merci Danae !

Sinon, les gens sont tares ici. Deux exemples de textos de "mec bavard seminaire" :

- Aways, know am on ur side and care about you so much. Sorry for the happenings take care dear friend. Treasured big bi. Samuel (ah tiens il s'appelle samuel en fait !).

- hello ma big friend, how are u ? Waw missing you big, pliz can we meet today pliz, have a special urgent message for you (il a toujours des messages speciaux qui vont soi-disant changer le monde) pliz don't disapoint sister, you have made room in my heart. (Vla qu'il m'appelle sa soeur maintenant, c'est bizarre, quand je le vois, je ne trouve pas qu'il me regarde comme un frere).

Et les meufs ne sont pas mieux. La meuf dont j'ai pris le cours d'anglais il y a deux semaines. On s'est parlees 5 minutes avant et apres le cours. Et elle n'arrete pas de m'appeler, de me biper (non mais genre je vais la rappeler ! Alors que c'est elle qui veut me parler !). Un de ses textos :

- Hi friend ! I saw you today in public vehicule on your way from Luanda (tu as l'heure exacte et les coordonnees GPS pendant que tu y es ?! Psychopathe, va !). I miss your english lesson (???), how do you say hi in french ? (regarde sur internet avec ton super portable de la mort qui tue), am Sneider (c'est son nom. Juste au cas ou je me demanderai qui est ce tare qui m'ecrit).

Voila, sur ce je pars en week-end sur les Iles du lac Victoria ! Donc a priori, la semaine prochaine, vous aurez des super photos qui vont feront bien baver ! (mais bon, pensez a ce que j'endure en contre-partie, vous arreterez de baver !).

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Margarita Santos de Correia 17/06/2014 15:40

Si les gens sont si tarés, que le Kenya serait bien sans les Kenyans , mais que diable allez vous faire dans cette galère ?
Y êtes vous obligés ?
Chacun avec ses réalités; mais bon sang , restez donc chez vous puisque c'est si bien !!!!

Manon 17/06/2014 15:43

Bah oui mais je me ferais chier ! Que pourrais-je donc critiquer ?! Il est si agréable de se plaindre un peu de temps en temps ! :p