Lac Naivasha

Publié le par Manon

Lac Naivasha
Lac Naivasha
Lac Naivasha
Lac Naivasha
Lac Naivasha
Lac Naivasha
Lac Naivasha
Lac Naivasha
Lac Naivasha
Lac Naivasha
Lac Naivasha
Lac Naivasha
Lac Naivasha
Lac Naivasha
Lac Naivasha
Lac Naivasha
Lac Naivasha
Lac Naivasha
Lac Naivasha
Lac Naivasha
Lac Naivasha
Lac Naivasha
Lac Naivasha
Lac Naivasha
Lac Naivasha
Lac Naivasha
Lac Naivasha
Lac Naivasha
Lac Naivasha
Lac Naivasha
Lac Naivasha
Lac Naivasha
Lac Naivasha
Lac Naivasha
Lac Naivasha
Lac Naivasha
Lac Naivasha
Lac Naivasha
Lac Naivasha
Lac Naivasha
Lac Naivasha
Lac Naivasha
Lac Naivasha
Lac Naivasha

Contrastes de paysages à partir du moment où on se rapproche de Nairobi !

Choc des « zones commerciales », baraques entassées faites de bric et de broc, bois, tôles, parfois peintes de couleurs vives, et finalement jolies. Entre ces baraques et la route, bandes de terre rouge défoncées, et remplies d’eau puisque c’est la saison des pluies. Et couvertes d’immondices !

A Navaïsha, lac connu pour la présence d’hippopotames et d’oiseaux migrateurs, contraste entre les lodges de luxe et leur portail sécurisé et gardé, le lac paradisiaque, la réserve d’Hell’s Gate (dont les paysage ont inspiré les créateurs du « Roi Lion » ; non, Manon ne nous a pas chanté un Walt Disney en live au milieu des gorges comme prévu, mais nous a fait un malaise style « insolation » au fond de ces mêmes gorges ; faut dire que 8 km de marche en plein soleil sans chapeau, c’est un peu tenter le diable, même quand on vit au Kenya depuis 4 mois sans chapeau…) et les bords de route du Kenya des gens ordinaires. Mêmes entassements de baraques, mêmes bords de route pleins de déchets, mais avec pleins d’ouvriers pour couper l’herbe des fossés et ratisser les détritus,(préparatifs pour la saison touristique ??) marcheurs, candidats en attente de matatu, picki-picki (petite moto) chargés de 3 voire 4 personnes, vélos chargés de 3 sacs énormes de pommes de terre, poussé à la main en pleine montée ! (on a souvent vu les Kenyans (hommes) assis en train de palabrer ou couchés en train de dormir, mais pour le coup, après un tel transport, repos mérité !!)

Perdues au milieu de la campagne, plein d’écoles avec des slogans tels que : « Glorious Winners Accademy ». ça jette quand même, plutôt que « Lycée des Flandres », « Lycée Faidherbe », ou « Saint je sais pas quoi »… ça doit donner envie d’étudier… ??

Dieu partout, comme l’avait dit Manon… Eglises catholiques, apostoliques, protestantes, gospel, même au fin fond reculé du Kenya, comme à proximité d’Amboseli. Grandes construction solides… Comme les écoles.

Slogans sur les camions, les bus : « In God, we trust », « God above all »

Tellement contagieux que quelques jours avant le départ, lorsque le guide a enfin donné signe de vie, Manon m’envoie un SMS : « Alléluia, Eric vient de m’envoyer un sms ! Il n’est pas mort ! Et on ne s’est pas fait arnaqués ! Merci mon Dieu ! ». 4 mois d’immersion…

(texte écrit par ma maman en raison de ma paresse)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article