Masai Mara

Publié le par Manon

Masai Mara
Masai Mara
Masai Mara
Masai Mara
Masai Mara
Masai Mara
Masai Mara
Masai Mara
Masai Mara
Masai Mara
Masai Mara
Masai Mara
Masai Mara
Masai Mara
Masai Mara
Masai Mara
Masai Mara
Masai Mara
Masai Mara
Masai Mara
Masai Mara
Masai Mara
Masai Mara
Masai Mara
Masai Mara
Masai Mara
Masai Mara
Masai Mara
Masai Mara
Masai Mara
Masai Mara
Masai Mara
Masai Mara
Masai Mara
Masai Mara
Masai Mara
Masai Mara
Masai Mara
Masai Mara

15 jours au Kenya…. Jambo ! Karibu !

Pas vu passer…

Grosse remise en question avant le départ puisque les chebabs somaliens font à nouveau parler d’eux et que bus, matatu et marchés sautent à Nairobi et Mombassa. Supplications de Manon, affamée et désoeuvrée dans son village perché, réflexions sur un retour anticipé et annulation du voyage, évocations multiples de « nouveau voyage test TDS» puisque sans nouvelles du guide (escroc ou mort dans un attentat !?,) pendant deux semaines avant le voyage, ou modification du séjour en évitant la côte, maintes visites sur le site du ministère des affaires étrangères (conseils aux voyageurs), inscription sur le site Ariane, appel sur le site VISA pour être sûr que le Kenya ne fasse pas partie des pays exclus de toute assistance…

Oh !!! mais vous avez compris pourquoi Manon a quelques tendances paranoïaques !! Telle mère, telle fille !

Dès notre arrivée, pour ne pas perdre la totalité de ses carnets de voyage, à partir duquel les articles sensationnels de ce blog ont été écrits, ces carnets ont été répartis dans nos différents sacs, pour qu’une perte éventuelle soit moins irrémédiable. Après 4 mois d’écriture intensive, me voyant sortir un p’tit carnet de note, (et oui, que voulez vous, c’est de famille !, enfin, pour moi, c’est plutôt pour la mémoire…), Manon décide donc de se laisser vivre, et nourrir !, et que se sera donc à moi d’écrire le dernier article du blog !

Et donc là, bien sûr, tous les lecteurs vont être déçus de ne pas trouver l’humour de Manon au RV !

J’ai souvent rêvé d’emmener Manon au boulot avec moi puisqu‘elle a l’art de raconter des choses hyper drôles dans toutes les situations, et j’ai la curiosité de voir, à travers ses yeux, ce que je ne vois pas avec les miens…(quoique…un mari a appelé la maternité dimanche après midi, pour dire que sa femme, enceinte bien sûr, n’avait pas mangé ses 150g de viande comme l’avait dit le docteur, et pour demander si c’était grave ??)

Donc, je vais essayer de remplir ma mission, on verra bien si elle craque et reprendra la main pour nous faire rire encore un peu J

Retrouvailles avec Manon… Bronzée, tressée, vêtue d’une robe africaine cousue par Rebecca.

Le chauffeur nous attend bien à l’aéroport, comme prévu, en compagnie d’un cuisinier (bon, on ne s’emballe pas, hein, on a choisi de voyager à la « Manon », c’est-à-dire qu’on oublie les lodges de luxe, et on s’apprête à coucher sous la tente, et en auberge de jeunesse)

On quitte donc Nairobi rapidement, après que nos anges gardiens aient fait les courses dans un super marché à 6h du matin. Déconseillé formellement par le site du ministère, les courses au super marché…Parano, fatigués par les longues heures de voyage, et plein de choses à se raconter après 4 mois de séparation, on reste donc dans la voiture.

Direction, le mythique Masaï Mara.

6h de route et de piste poussiéreuse et cahotante. Rien de tel pour déconnecter du quotidien ! Tout de suite, je me dis que ce voyage, sans guide comme on l’avait (juste un peu) évoqué au départ, aurait été une vrai folie.

2h de piste, poussière qui dévalle le long des vitres, ornières immenses, division de la piste en plusieurs, absence de panneaux. Ouf, on a bien fait de lire et de suivre « le routard » qui déconseille la location de voiture.

3 « mzungu » perdus au milieu de nulle part !

Mais non, chauffeur et cuisinier sont là pour nous, et vont être de vrai « ptites mères » pour nous ! Thoya et John.

Tiennent à ce que « leurs touristes » rentrent chez eux en pleine forme, sains et saufs, et disent à tous les Français que le Kenya est « safe », et qu’il faut venir y passer des vacances !

Pas possible de descendre du camion dans la réserve, sauf un pique-nique en pleine brousse, dans un endroit bien découvert. Ben oui, faut bien voir le lion arriver même si c’est l’heure de la sieste !

On aurait bien vu un p’tit pique nique dans l’herbe en surplomb d’une rivière où se trempaient des hippopotames, mais les regards inquiets de Thoya vers les fourrés environnants ont vite été suivi d’une interdiction (gentille mais ferme) de descendre du camion. Il nous raconte qd même l’histoire d’une touriste anglaise dévorée par un lion sous les caméras de ses compagnons de voyage.

Pas le moment d’avoir un besoin urgent, genre tourista…

Pas l’endroit non plus pour une panne de voiture…

Et pourtant… :

Arrêt photo devant un énorme buffle : « grosse vache » toute noire, avec d’énormes cornes !

Redémarrage… ben non.

C’est une farce ? Non, la vitesse ne s’enclenche pas. Thoya tape sur la carrosserie pour faire du bruit et faire sauver le buffle, qui ne bouge pas. Il jette un caillou, et le buffle daigne se lever pour aller se poser un peu plus loin. Thoya a besoin de se coucher sous la voiture pour réparer, il nous demande donc de surveiller la « Bête » !

Et Manon, qui nous dit « et Si on faisait une farce à Thoya en lui disant que le buffle arrive ? »

Thoya n’a entendu que la fin ! Jamais vu un mécano se lever aussi vite du dessous d’une voiture !

A Amboseli, nouvel arrêt photo devant un buffle : Thoya nous fait le coup de la panne...mais cette fois c'est lui qui nous faisait une blague !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article